Newsletter

Accès membre MSW

L’impression 3D, un atout de plus pour les musées concernés par la restitution des œuvres issues de contextes coloniaux

La décolonisation des grands musées européens détenteurs d’artefacts et de collections issues de contextes coloniaux est un débat majeur.

D’un côté, chaque pays concerné met en place une politique de restitution spécifique pour répondre aux appels de rapatriement des artefacts dans leurs pays d’origine. De l’autre, ces pays autrefois colonisés ont des politiques de négociation différentes en fonction des gouvernements en place et des infrastructures muséales dont ils disposent (voir notamment les articles “Inauguration du Musée national de la République démocratique du Congo : quid de la question de la restitution?”“Restitution du Patrimoine : les politiques divergentes des ex-états coloniaux” et “Restitution du Patrimoine : un musée berlinois rend des œuvres dérobées au XIXe siècle aux autochtones d’Alaska”). En ce sens, la Commission belge francophone et germanophone pour l’UNESCO et l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, en partenariat avec l’ICOM-Belgique Wallonie-Bruxelles, organise une “Journée d’étude sur la question de la restitution des biens culturels : « Le Rapport Savoy – Sarr, un modèle pour la Belgique ? »” le vendredi 24 janvier. Vous pouvez consulter le programme en suivant le lien ci-contre.

Dans ce contexte lourd d’enjeux, les nouvelles technologies digitales peuvent devenir un atout intéressant pour les responsables du patrimoine. La modélisation 3D d’un artefact permet de produire une copie digitale de celui-ci, utile à des fins de conservation numérique mais aussi à son “impression” physique en 3D. Une fois matérialisée, la copie ne revêt alors plus le caractère unique et “sacré” de l’original, ce qui apporte de nouvelles possibilités d’utilisation.

Certaines technologies d’aujourd’hui, telles que la photogrammétrie et le scan 3D, peuvent apporter leur lot d’avancées en termes de recherche scientifique, d’accessibilité à la culture, de médiation muséale et de démocratisation du patrimoine culturel. Indéniablement, les technologies 3D peuvent également aider les musées dans leur adaptation face aux changements sociétaux, politiques, financiers et environnementaux.

En définitive, l’impression 3D et ses nombreux apports permettront peut-être d’enrichir le dialogue autour de la question de la restitution avec les communautés concernées.

 

 

Pour consulter l’excellent article de MuseumNext, suivez le lien ci-contre.

Image de ClicFrance accessible ici.

 

Devenez membre MSW

Profitez de nos nombreux services et conseils !

En savoir plus

Agenda

Juil 2020
lmmjvsd
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2