Newsletter

Accès membre MSW

Que faire de ses réserves? Après la valorisation, des formes de mutualisation et de location possibles

Ouvrir les réserves n’est pas une idée récente : elle remonte à la création du Musée des arts et traditions populaires à Paris. Son fondateur, Georges Henri Rivière, avait imaginé dès 1937 de montrer la galerie d’études au grand public. Aux Etats-Unis, l’exploitation des réserves est une habitude ancienne. Un programme du Metropolitan Museum of Art, créé en 1988, favorise l’ouverture de « visible storage », sous forme de vitrines, principalement dans le but de proposer au public une expérience d’apprentissage stimulante, hors des sentiers battus. Un moyen également de valoriser l’ensemble des collections sans nuire au confort de visite ni aux impératifs de conservation.

Les musées sont régulièrement contraints, par manque de place ou en raison de risques éventuels de catastrophe naturelle, de déménager leurs collections. Au-delà de la volonté de sauvegarde et d’ouverture, cette opération est parfois l’occasion d’imaginer autrement ses réserves :

Dans certain cas, des formes de mutualisation sont envisageables, à l’instar de la Réserve muséographique départementale de Quimper, qui regroupe les réserves des trois musées départementaux du Finistère depuis 2013.

Dans d’autres, de nouveaux modèles économiques sont possibles : les futures nouvelles réserves du Museum Boijmans Van Beuningen verront 10 % des espaces de stockage loués à des collectionneurs privés, assurant ainsi une partie du financement et du fonctionnement de ce nouveau Public Art Depot.

Consultez l’article complet du Monde via ce lien.

Pour en savoir plus sur le nouveau Public Art Depot, consultez ce second lien.

Devenez membre MSW

Profitez de nos nombreux services et conseils !

En savoir plus

Agenda

Juil 2019
lmmjvsd
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4