Newsletter

Accès membre MSW

Débat : le public qui va à l’exposition Kustav Klimt numérisé désire-t-il le voir en vrai au musée?

Le numérique et la dématérialisation de l’œuvre ne cessent de gagner du terrain dans le monde de l’art. L’exposition Klimt numérisé en témoigne, elle totalise 210 000 entrées en un mois et demi, alors qu’aucun tableau original n’est exposé. Le numérique n’est pas un outil au service de la médiation et de la contemplation d’une oeuvre physique, il est le produit fini.

“Pour l’instant, les musées d’art restent imperméables au phénomène. Ils sont les gardiens de l’original. Cela se comprend, c’est leur raison d’être. Ce qui ne veut pas dire qu’ils se replient sur des reliques. Beaucoup ont investi massivement dans le numérique, certains associent dans des expositions le réel et le virtuel. Mais ils savent que demain, quand ils seront toujours plus isolés dans un monde d’images répliquées comme l’est la grotte de Lascaux, l’original conservera son aura.

Reste à savoir si les passerelles sont possibles entre les deux modèles. Le public qui va voir Klimt numérisé a-t-il envie de pousser la porte du musée ? C’est une ambition de Culturespaces. Ambition louable, possible aussi, puisque l’Atelier des lumières attire un public nouveau, plus familial, plus jeune. Plus populaire aussi. Moins intimidé que par le musée. Pourtant, le lieu n’est pas moins cher. Le tarif plein est de 14,50 euros et de 9,50 euros pour les 5-25 ans, alors que la gratuité est de mise au Louvre pour les résidents en Europe de moins de 25 ans. De quoi faire réfléchir ceux qui pensent que le prix est un frein à l’élargissement des publics”.

Consultez l’article complet du Monde en suivant ce lien.

 

Devenez membre MSW

Profitez de nos nombreux services et conseils !

En savoir plus

Agenda

Août 2018
lmmjvsd
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2